Enfin me voilà de retour.Après 30 ans me voilà à nouveau dans le sud.De nouvelles rencontres des nouvelles personnes, pas meilleures ni pires qu'ailleurs, simplement des gens différents, faits par un autre climat, une autre terre, une autre histoire, des gens d’ici et des gens d'ailleurs qui se sont installés ici, partis de l'endroit où ils sont nés pour plein de raisons, des gens du nord, de l'est, de Paris, de Lyon, mais aussi des Anglais, des Belges,des Hollandais, des Allemands, des Tchèques,des Russes, des Polonais, des Marocains, des Espagnols, venant de pays qui ont parfois été amis mais plus souvent ennemis, et dont les accents rappellent de bons ou de mauvais souvenirs. Il y a même quelques Alsaciens arrivés avant nous.Chacun se débrouille comme il peut, suivant ses compétences, ses possibilités, ses dons, ses goûts pour ceux qui ont de la chance.La vie n'est pas toujours facile mais elle devient plus intéressante, " tu peux m'aider pour modifier mon bateau, je te filerais des légumes et des œufs " "j'ai un plan pour du bois de chauffage ça t'intéresse" "l'eau potable tu te fournis où" "c'est la saison des châtaignes on pourrais faire une virée en montagne je connais un coin" les champignons, les figues, les amandes... "j'ai eu du poisson t'en veux" "tu pourrais pas me faire une soudure"...."j'ai un boulot vers Carcassonne, je monte vers là-haut avec mon bateau, je serais de retour dans un mois ou deux" " j'ai rencontré untel à Carcassonne tu le connais? ". En fait j'ai trouvé sur le canal ce qui ressemble à une vie de village, bien sûr je n'idéalise pas, il y a aussi des rancunes des haines tenaces "ceux d'avant le pont je leur cause pas, ils m'ont fait un sale coup " "va pas chez untel c'est un salaud ". Mais en général les gens arrivent à vivre plus ou moins en harmonie. Ils sont plus directs, plus impulsifs, et le grand avantage de la vie en bateau c'est qu'ils sont mobiles et qu'ils peuvent se regrouper par affinité ou par intérêt ou s'éloigner un moment quand ça deviens tendu. Quelques-uns ont acheté un bout de terre au bord du canal et y font pousser des légumes, y élèvent des volailles, des ânes,... plantent des arbres fruitiers, des oliviers, des fleurs, y font du miel. D'autres élèvent leurs poules sur la berge après avoir confectionné un petit poulailler pour les mettre à l'abri la nuit. D' autres comme moi sèment de la salade sauvage, des topinambours, des patates, du basilic, dans des endroits divers et variés et quand je repasse par là quelques mois plus tard, je peux parfois récolter quelques légumes.

Certains endroits comme l'embouchure de l'Hérault, l'étang de Thau, Sète... permettent la rencontre de deux mondes proches mais très différents: le monde des rivières et des canaux, et le monde de la mer. Moi avec Ravach'Ol je fais partie des deux mondes.Je peux rejoindre un ami aux Baléares, en Corse, en Sardaigne ou ailleurs, et aller hiverner à Narbonne ou Toulouse. Le monde de la mer c'est comme sur le canal mais en beaucoup plus grand.Les gens qui vivent en famille à l'année sur un voilier sont très souvent en contact les uns avec les autres par internet, sms, ou autre.