Départ vers le canal du midi avec Christophe.

26 et 27 décembre tempête sur le Rhône au Rhin, heureusement le vent souffle dans l'axe des écluses, il suffit donc de bien maintenir le nez du bateau face au vent sinon, dérive haute pour le tirant d'eau, c'est le demi-tour assuré.Toutes les écluses sauf une, et là on entre appuyés sur le mur, premières éraflures dans la peinture toute neuve.

La tempête emmène avec elle un redoux qui fait fondre une grande partie des neiges du Jura.Résultat: le Doubs ressemble plus à un torrent des Alpes qu'a une rivière paisible et nous voilà bloqués trois jours à Montbéliard.

IMG_9930.JPG

Nouveau départ le 31 et un jour de chômage à Ile sur le doubs pour cause de nouvel-an.Sept jours de navigation pour parcourir 60 km.

IMG_9934.JPG

On repart le 2, toutes les écluses ne sont pas encore en service et certaines portes de garde sont encore fermées, mais on avance. On apprend très vite que deux péniches Allemandes chargées de blé remontent depuis la Saône où elles sont resté en attente trois semaines. Nous sommes les trois seuls bateaux sur le doubs en ce début janvier.

IMG_9942.JPG

IMG_9946.JPG

Les VNF de l'est sont très agréables et sympathiques, on nous trouve des abris pour la nuit et souvent même du courant pour notre unique radiateur. Les eaux intérieures sont en fait un tout petit village étendu sur la moitié de la France où les nouvelles circulent très vite. Tout se sait et tout s'apprend aux écluses et sur les quais même sans radio à bord.

IMG_9953.JPG

On est dépaysés en voyageant sur l'eau. On entre dans le cœur des villes et des villages sans passer par les zones commerciales et sans être bombardés de pubs et de bruit, on accoste parfois au centre ville dans des endroits calmes, on discute avec des promeneurs et on redécouvre des villes qu'on croyait connaitre. En plus on se déplace avec son logement donc pas la peine de se chercher un gite pour la nuit.

IMG_9952.JPG

IMG_9954.JPG

Après Dole dernière étape sur le Doubs et ville agréable, c'est la Saône et les grands espaces y compris dans les écluses.Chalons, belle escale et très vite Lyon avec la Saône en crue qui nous empêche d'accoster, alors ce sera Givors et le Rhône.

IMG_9974.JPG

IMG_9976.JPG

IMG_9977.JPG

On se rend compte depuis quelques jours qu'on voyage avec la crue qui nous précède et l'hiver qui nous talonne.Juste la bonne fenêtre comme ils diraient à Kourou.

IMG_9979.JPG

IMG_9980.JPG

IMG_9985.JPG

Valence, pas d'essence, pompes en panne et bien sûr panne d'essence, mais pas n'importe où, juste devant la centrale nucléaire de Marcoule et donc interdiction absolue de jeter l'ancre. De toutes façons avec nos cheveux longs et nos barbes c'était les CRS et les hélicoptères assurés.

IMG_9995.JPG

IMG_9993.JPG

IMG_9987.JPG

IMG_0007.JPG

IMG_0011.JPG

Alors on laisse dériver vers le barrage en aval et on jette enfin l'ancre, qui accroche tout de suite. Mise à l'eau de l'annexe, mise en marche du hors-bord tout neuf, après avoir fait le plein d'huile et d'essence, et voilà Christophe et Sarah (qui nous a rejoint à Valence) partis sur le Rhône avec un bidon de 40 l sous le bras.

IMG_0033.JPG

IMG_0035.JPG

Combien de temps faut-il dans le Gard pour ravitailler un bateau quand on est à pied et que la prochaine station est à 15 km? Et bien moins d'une heure grâce à une famille de Manouches qui rentrait du marché en camionnette, qui a fait l'aller retour avec Christophe et son bidon, et qui a refusé tout dédommagement. Pour une région où le stop ne marche pas, parait-il, c'est pas mal.Peut être la solidarité entre gens qui ne sont pas comme tout le monde?

IMG_0041.jpg

IMG_0040.jpg

IMG_0044.JPG

Et puis c'est l'arrivée à Avignon, la porte du sud, ville agréable mais un peu chère.

IMG_0046.JPG

IMG_0047.JPG

IMG_0049.JPG

IMG_0050.JPG

IMG_0051.JPG

IMG_0052.jpg

IMG_0053.JPG

IMG_0054.JPG