Catégories
Non classé

VOYAGE

Ensuite, le plus gros du travail, c’est de remplacer toutes les parties de tôles abimées sur le pont et sur les roofs. Pour certaines ça va assez vite, je découpe à la disqueuse la partie perforée, je la copie sur une tôle neuve et je la ressoude. C’est souvent des petites pièces, parfois des plus grosses et parfois on croit avoir à faire à une petite entrée d’eau, on découpe, on s’aperçoit que la corrosion est plus étendue que prévu, et puis on s’aperçoit que même les renforts sont affaiblis et on passe plusieurs jours à remplacer des membrures et des panneaux de tôles d’un mètre carré ou plus. Pour la coque même combat, après avoir vidé les deux mètres cube d’eau de pluie accumulés au fond de la cales pendant les presque trente ans d’abandon. Chaque soir je fais le compte des trous qu’il reste à boucher et chaque matin j’en trouve quelques nouveaux, mais ça ne suffit pas pour me décourager.

Et puis un jour arrive le premier confinement. Premier réflex, je me mets à écrire sur Face de bouc, et j’entreprends la construction de la casquette qui servira d’abri aux barreurs. Le chantier est calme, j’y vis tout seul pendant deux mois, quand je ressens le besoin de voir une personne vivante je m’invite pour le café chez ma charmante voisine, et parfois bien sûr je suis obligé de faire quelques courses chez Inter-U. Plus rien ne bouge au marigot à part les ambulances d’en face, les journées où je ne remue pas trop de poussière j’entends les oiseaux entre les bateaux et j’observe les lapins sur le terrain vague de derrière.Je fais aussi connaissance de mon voisin le pêcheur, on prend le temps d’échanger quelques mots tout les jours. Pour la première fois j’ai la sensation d' »avoir le temps », tout est paisible, silencieux. La propriétaire du chantier où je me trouve me dit un jour: « On va bientôt être libérés »….sur le coup je ne comprends pas la remarque…. »mais on va être déconfinés!!! « . Je sais ça n’a pas été facile pour beaucoup de gens, mais moi sur mon chantier je ne me suis jamais senti aussi bien. Et puis ce petit picotement quand je me promenais sans « ausweiss »….